Le comité de quartier évoqué en Conseil Municipal – éclaircissements

Il est des fois ou le Comité de Quartier Vivre les 2 Lions s’invite malgré lui dans certaines discussions.

En effet en fin d’année 2015, au détour d’une question de l’opposition concernant les tarifs municipaux 2016 en séance du Conseil Municipal le 17 décembre dernier, il a été évoqué la non mise à disposition des Granges Collières pour les réunions et manifestations de Vivre les 2 Lions ( voir vidéo de minute 45 à 55 sur le site de la ville de Tours. Cliquez sur point 8. Tarifs municipaux 2016 de l’Ordre du jour).

Nous tenons dans un premier temps à remercier M. le Maire de la reconnaissance du travail du Comité de Quartier et des échanges que nous pouvons avoir.

Par contre, nous tenons à apporter des éclaircissements:

  • Suite intervention de M. ALET : 
    • « Les granges collieres ont toujours été refusées au Comité de Quartier » : Cette intervention est erronée, car avec l’ancienne municipalité nous pouvions utiliser temporairement et de manière gratuite les Granges Collières. La demande officielle d’occupation temporaire et de mise à disposition d’un bureau au sein des Granges Collières n’a eu lieu qu’à partir de novembre 2014 et l’unique refus n’est intervenu qu’en novembre 2015.
    • Les délocalisations des réunions existent ailleurs ( exemple Beaujardin ) : Il a pu être organisé des manifestations du comité Beaujardin à Rochepinard, mais les habitants et usagers n’ont dans ce cas-là, qu’à traverser à pied pour être dans le quartier voisin (300m). La proposition faite par la mairie au Comité de Quartier des 2 Lions d’un local à l’autre bout du quartier des Fontaines nécessite aux habitants de prendre un moyen de transport (3,5kms). Or nous ne sommes plus dans ce cas là sur une action de proximité.
    • « M. COUÉ ( président de Vivre les 2 Lions) n’était pas opposé à aller aux Fontaines, nous en avions beaucoup parlé » : il y a confusion de la part de M. ALET de la demande de Vivre les 2 Lions et celle faite par l’Union des Comités de Quartier de la Ville de Tours ( M. COUÉ étant président des 2 structures). Car, dans le même temps il y avait bien une demande de local faite par l’Union des Comités de Quartier de la Ville de Tours pour lequel la localisation du local n’a pas d’importance dans la ville. Et effectivement, il y a bien eu une longue discussion à ce sujet, mais pour l’Union des Comités de Quartier. Ce qui n’est absolument pas le cas pour Vivre les 2 Lions, où le discours a toujours été la mise à disposition d’un local au sein même du quartier des 2 Lions. L’objectif de la mise à disposition d’un local est multiple : permettre d’entreposer l’ensemble des documents du Comité de Quartier et pouvoir proposer aux habitants et usagers des ateliers réguliers permettant de créer du lien social. Cette seconde partie ne nécessite pas la mise à disposition exclusive et permanente d’un local, mais simplement une mise à disposition d’une salle sur des créneaux horaires hebdomadaires réguliers, ce qui permettrait une utilisation par d’autres le reste du temps.
  • Suite intervention de Mme LE SOUËF:
    •  « Il y a un audit réalisé sur les Comités de Quartier. Des critères vont être mis en place lors de l’élaboration d’une charte des Comités de Quartier… Il y a au niveau de ce comité précisément, je dirais une petite dérive, ce n’est pas très grave, mais on n’est pas tout à fait dans l’état d’esprit normal d’un Comité de Quartier. Il se trouve qu’il y a des négociations qui ont été menées avec les entreprises de ce quartier des 2 Lions. C’est très bien en soi. Également avec les commerces de l’Heure Tranquille, et en perdant peut-être un peu de vue l’objectif premier qui est d’animer le quartier au service des personnes en difficultés et des personnes dans la précarité. Et l’a on a l’impression que l’objectif n’est plus tout à fait celui qui serait souhaitable » : Cette intervention montre la méconnaissance de l’histoire des comités de quartiers de la part de Mme LE SOUËF. En effet lors de la création des comités de quartier à Tours après guerre et pendant de longues années, les comités de quartier étaient dirigés par les commerçants. Puis petit à petit les commerçants ont laissé place a une gestion par les habitants. Aujourd’hui aux 2 Lions la direction prise est simplement d’impliquer les acteurs d’un quartier, avec plusieurs objectifs: monter des manifestations de plus grande ampleur; créer de l’échange entre les acteurs et ne plus rester chacun de son côté; remonter également des problématiques qui concernent non pas un point de vue, mais une vision d’ensemble du quartier. Cette démarche est mise en place pour une meilleure représentativité des demandes et besoins en terme d’infrastructure, problème du quotidien et d’animations. C’est une vision réductrice de ne voir le quartier que depuis l’angle des habitants. Le mot Comité de Quartier reprend tout son sens, car dans un quartier il y a certes des habitants, mais il y a également des entreprises, des commerçants, employés, d’autres acteurs associatifs qui souhaitent potentiellement s’investir pour créer une vie de quartier.  Quels sont les acteurs qui ont déterminé ce qu’est qu’un bon comité de quartier ? Les élus, les employés municipaux ? Un débat a-t-il eu lieu avec l’ensemble des comtés de quartier et leur structure fédératrice ? Pour cette dernière question la réponse est NON. Il est évoqué la création d’une charte des comités de quartier; mais aujourd’hui le contenu de celle-ci n’a pas été discuté avec les principaux concernés ni avec le Conseil Municipal. Peut-on donc se permettre actuellement de dire qu’il y a une dérive aux 2 Lions ? Par rapport à quoi ? Quel référentiel ?  Quant aux animations à destination des personnes en difficultés et en situation de précarité, nous pouvons dire que nous avons vocation en partie à répondre à cela, mais pas uniquement. Les Comités de Quartier ne doivent pas répondre a un public en particulier, mais à l’ensemble de la population de son territoire. Attention à ne pas confondre Comités de Quartier et Centre Social. Or le Comité de quartier des 2 Lions n’est pas un centre social et n’a pas vocation à l’être.
  • Il est fait mention d’un audit des Comités de Quartier dans l’intervention, mais il est important de rappeler que les Comités de Quartier sont des structures indépendantes de la municipalité, non partisanes et non religieuses . Nous ne pouvons donc pas parler d’audit, mais simplement d’un état des lieux des comités de quartier. Aucun document n’a été signé jusqu’alors entre la mairie et les comités de quartier. Pour rappel, un audit permet de mener les actions nécessaires pour corriger des écarts et dysfonctionnements relevés. Dans ce cas comment la mairie souhaite-t-elle le faire avec des structures indépendantes ? À moins de mettre la charrue avant les boeufs et appliquer certains critères, avant l’élaboration dans la concertation, d’une charte des comités de quartier. De plus celle-ci devrait être votée par le Conseil Municipal. Cette intervention est grave de sens et révélatrice du nouveau cap centralisateur de l’adjointe à la vie associative. N‘y a t-il pas ici le début d’un problème d’ingérence de la part de la municipalité vis-à-vis du monde associatif ? Souhaite-t-on dicter le fonctionnement des associations et comités de quartier à Tours ? N’y a-t-il pas une remise en cause de leur indépendance et libre fonctionnement ?

Vous aimerez aussi...